| Actualité    | Offres d'emploi    | Vie des promos    | Les annales de l'IJBA  

Actualité > De l’association >

Autocritiques ou conformistes ?


6 mars 2003 /

Décryptée par François Ruffin dans son livre "Les petits soldats du journalisme", la formation des écoles reconnues, tout particulièrement celle du CFJ, est au centre d’un débat au sein de la profession. Daniel Mermet a consacré une émission sur France Internet et le Monde Diplomatique a publié deux pages complètes sur le sujet dans son numéro de février 2003. Formatage des étudiants, entreprise de placement des futurs diplômés, les griefs contre les écoles sont nombreux. Sont-ils fondés ? Les invités de la journée des diplômés de l’IUT de Bordeaux donnent leur avis.



(Texte rédigé à l’issue de la journée par J. Coutenceau, étudiant à l’IUT, et publié le vendredi 28 février dans Impri-Flash n°2)


Un pavé dans la mare. Après "Bien entendu, c’est off" de Daniel Carton et avant la sortie de "la face cachée du Monde" signé par Pierre Péan et Philippe Cohen, François Ruffin a lui aussi pubié un livre particulièrement critique sur la formation des journalistes au CFJ. Première constatation : tous les invités de cette journée ne l’ont pas lu, mais tous en ont entendu parler. Et au-delà des critiques, les avis sont partagés sur la dite formation des journalistes.

Stéphane Place (RMC), ancien de l’IUT, remarque que "les écoles sont l’un des derniers lieux où l’on réfléchit sur la pratique du métier". Il préfère remettre les étudiants devant leurs responsabilités. "L’exigence professionnelle doit venir de sa propre curiosité. On ne peut pas tout attendre de l’école ! Rien n’interdit d’élever son niveau d’exigence par des lectures quotidiennes. L’IUT est une sorte d’auberge espagnole : on y délivre une base et c’est à toi, après, de savoir ce que tu veux. Mais je trouve qu’il n’y a plus la même exigence en terme de culture générale pour les journalistes aujourd’hui".

"Les écoles s’adaptent à la demande des entreprises"

Engagé syndicalement au SNJ-CGT, Fernando Malverde (France 3) s’avoue de son côté inquiet de la situation. "On pousse les journalistes à acquérir toutes les techniques et les compétences pour réaliser les sujets entièrement. Un peu comme à i-télévision qui est le modèle de la précarité... On éloigne les journalistes du coeur du métier qui reste le contenu. Les écoles s’adaptent à la demande des entreprises. Il faut que les diplômés puissent être placés sans difficultés".

On retrouve plus ou moins le même son de cloche dans les propos de Gilles Balbastre, co-auteur de "Journalistes au quotidien". "Toutes les écoles ont des différences et des ressemblances. Mais force est de constater qu’elles sont, dans une certaine mesure, obligées de suivre le CFJ pour que leurs étudiants soient adaptables au monde du travail. Personnellement, je déplore les dérives du CFJ depuis cinq ans. A Bordeaux, vous êtes davantage épargnés".

A Bordeaux ou ailleurs, chaque étudiant possède sa propre conscience, sa propre expérience et sa propre vision du métier. Si on doit reconnaître un certain formatage technique (pourrait-il en être autrement ?), le conformisme n’a pas de raison d’être. "Il n’y a pas une image, mais trente images du métier dans une promo" conclut Christophe Amouriaux (France 3 Rennes, ancien de l’IUT).


blog comments powered by Disqus








     De l’association
     De l’IJBA
     Des médias




     Décès
     Divers
     Mariages / PACS
     Naissances
     Publications
     Vie professionnelle



Ecrire à  l'asso
Adhérer à  l'association
Site de l'IJBA

Le site de l'IJBA


Vu sur le web - Voir toutes les infos

Netflix dépasse la barre des 100 millions d’abonnés
18 juillet 2017 (Les Echos)

Quatre jeunes pousses cassent les prix du paiement à l’étranger
18 juillet 2017 (Les Echos)

NRJ : Christine Nguyen Duc Long
18 juillet 2017 (Les Echos)

Le très haut débit Internet pour tous dès 2020
18 juillet 2017 (Les Echos)

La jeunesse roule pour « Team Pédale ! »
18 juillet 2017 (Les Echos)

Avec la Grande Boucle, la fibre se déploie plus vite que prévu
18 juillet 2017 (Les Echos)

L’Etat veut le très haut débit pour tous en 2020, avec deux ans d’avance
18 juillet 2017 (Les Echos)

L’Etat veut le très haut débit pour tous en 2020, avec deux ans d’avance
17 juillet 2017 (Les Echos)

Winnie l’Ourson victime de la censure chinoise
17 juillet 2017 (Les Echos)

Seagate Game Drive, le disque dur qui donne du coffre à la PS4
17 juillet 2017 (Les Echos)


Association des diplômés de l'IJBA et de l'IUT de Journalisme de Bordeaux, 1 rue Jacques Ellul, 33080 Bordeaux cedex (contact@ijba-anciens.fr)

Site réalisé avec SPIP logiciel libre sous licence GNU/GPL. Hébergement Ouvaton Hébergé par Ouvaton, l'hébergement .coop  Abonnez-vous à  notre fil RSS